Programmer le subconscient

Pour ceux que cela intéresse il faut savoir que le subconscient peut percevoir des opportunités là où le conscient en est incapable. Une certaine forme d’autisme est d’ailleurs une démonstration de ce pouvoir. La technique en question demande que l’On utilise certaines phase de notre cycle quotidien pour y accéder et de là de le programmer en fonction de ce que l’on désire accomplir. Il est reconnu, justement par l’étude des autistes de type asperger, que le subconscient mémorise tout, celui qui se promenait en hélicoptère au dessus d’une ville et pouvait la reproduire en dessin par la suite en est un exemple. Une fois programmé, le subconscient va voir des ouvertures et opportunités là où le conscient est borné. Reste l’ouverture qui doit permettre de les percevoir et cela demande un certain changement d’attitude. IL faut élargir notre champ habituel de vision pour englober de nouvelles avenues. Ce sujet de la programmation du subconscient est un de mes domaines d’étude présentement et je vous fais part de mes découvertes.
 

Hypnose et programmation du subconscient

L’hypnose est possible que si l’on accorde notre confiance à l’hypnotiseur et cette confiance peut être transférée vers un personnage ou entité imaginaire. IL peut être onéreux de faire appel à un hypnotiseur puisque des résultats durables ne peuvent se produire avec une seule séance, plusieurs rencontres sont nécessaires. L’auto hypnose devient alors une alternative pour ceux qui n’ont pas de moyens importants. IL faut par contre être dédié et confiant.

Pour expliquer plus avant la méthode, rappelons un des pré requis qui est d’y croire, une attitude de fermeture ne permet pas d’atteindre l’état hypnotique et/ou percevoir les opportunités que le subconscient peut nous présenter. Comme exemple de ce pouvoir qu’a le subconscient pensons à l’effet placebo et du fait que des gens qui croyaient avoir pris une vraie pilule ont eu d’aussi bons résultats que ceux qui en ont avalés  de vraies. La médecine moderne n’est en fait qu’un prétexte pour aider les gens à croire, l.’aura d’efficacité suffit à amplifier le pouvoir intrinsèque de guérir. Je ne parle pas des maladies chroniques et incurables, le corps tout comme la nature a des limites et lorsqu elles sont dépassées il est habituellement trop tard pour agir. Cela dit, peu importe que l’on utilise dieu ou Allah, le saint de notre choix où encore la science  ou la supra conscience, if faut se référer au subconscient comme étant un pouvoir plus grand et efficace que tous les autres.  La prière traditionnelle n’est pas différente de la méthode sauf que celle ci profite de la connaissance des ondes du cerveau pour la rendre plus efficace.

De façons quotidienne notre cerveau est en contact avec le subconscient durant les phases qui précèdent l’éveil et  le sommeil, ces deux moments sont les portes temporelles, juste avant de s’éveiller complètement et juste avant de s’endormir nous vivons un état hypnotique.  Une programmation est plus efficace durant ces moments charnières, mais aussi accessible a ceux qui méditent et qui accèdent aux ondes Bêta, thêta qui caractérisent cet état hypnotique. La technique demande une répétition durant quelques quinze à vingt minutes avec visualisation et ce deux à trois fois par jour.Par exemple, je désire rencontrer un belle jeune femme et en connais une qui me plaît. Je vais m’imaginer dans une situation où nous sommes déjà proche comme si notre union était chose faite. Je me représente mentalement avec elle à mes côtés, je l’enlace et la serre contre moi. Je vais procéder à la programmation de mon subconscient aux moments propices et d’une manière régulière durant au moins un mois. Cibler votre objectif personnel et programmez votre subconscient en conséquence. Je répète le fait que le subconscient prend du temps à programmer mais lorsqu’il l’est cela dure, cela devient automatique. Se voir réussir ce que l’on vise et en profiter comme étant chose faite. Pour ceux qui se demandent comment cela peut finir par donner des résultats, cela tient au fait que le subconscient ne doute pas et ne connaît pas les frontières de notre mental conditionné.

Avant l’âge de sept ans les enfants ont un accès privilégié à leur subconscient et c’est d’ailleurs la raison pourquoi ils peuvent apprendre aussi aisément. Pour revenir à mon exemple de la jeune et belle femme que je désire séduire, mon subconscient ne tiendra pas compte des blocages de mon mental conscient, celui qui me voit trop vieux ou maigre pour espérer séduire une jeune beauté. Comprenons que ce qui séduit d’abord n’est pas lié a l’apparence mais bien au charisme et que ce charisme ou foi en soi est renforcé par le subconscient. Ce qui va faire de moi la personne irrésistible sera un aura de confiance en moi qui va irradier de ma personne et cette attitude de ne pas douter de mes moyens me permettra de saisir l’occasion qui me fera réaliser mon désir. J’ai mentionné l’attitude comme importante, il faut court circuiter le mental qui doute de manière à l’empêcher de se mettre en travers de notre objectif et pour cela être dans le présent et l’ouverture. La méditation quotidienne, celle qui cherche un état de non pensée, aide grandement. Un autre des atouts qui vient avec la confiance en soi est lié à la perception des gens qui nous entourent et de l’impression favorables que cette confiance reflète chez eux. Ces gens deviennent alors des alliés dans l’atteinte de notre but.

Nous avons tous vécus des épisodes où nous avions l’impression d’avoir des ailes où tout semble facile et couler dans le bon sens. Nous avons alors pu surfer sur une vague le temps que cela a duré. Bruce Lipton en parle comme de l’effet lune de miel et comme bien d’autres, dont Joseph Murphy,  n’ont que récupérés et adapté des connaissances très anciennes, les ont apprêtés à la sauce du jour.J’ai pour ma part recherché la source de cette connaissance et ai pu remonter très loin dans le passé. Si loin en fait que la trace se perd dans la nuit des temps. IL est important de cibler précisément ce que l’on désire accomplir et de s’y tenir, le subconscient ne se contente pas d’approximations. Comme je l’ai mentionné précédemment c’est la répétition durant une période assez longue qui imprime le subconscient et c’est durant les phases d’ouverture à celui-ci que la programmation est la plus efficace.

Nous, les gens éduqués, avons de la difficulté à croire et la proportion d’athées est important dans nos populations de pays riches et développés. La science est devenu la nouvelle religion et si quelque chose n’est pas prouvé selon ses critères elle est catalogué comme étant peu crédible ou carrément insignifiante. Dans le cas de cette technique dont je me fais un porte parole, il n’est pas question de débourser quoi que ce soit, je ne cherche pas non plus à en tirer profit d’une autre manière, puisque cette connaissance m’a déjà apporté tout le bénéfice nécessaire par son application dans ma vie. Bien avant moi un nombre important de personnes l’ont appliqué  en priant et en ayant la foi que leur prière était entendue par une personnification, une image avec laquelle ils étaient à l’aise, de cette force qu’est le subconscient. La science, pour ceux qui la voit comme leur Dieu, cette science peut expliquer par plusieurs exemples comment le subconscient est un outil puissant et efficace. J’ai utilisé les exemples d’autistes qui semblent en apparence avoir des dons exceptionnels et ceux ci sont reconnus par la science. Le désordre mental de ces gens est lié au fait qu’ils vivent entre deux réalité, ils ont un lien avec le subconscient et celui-ci chevauche le conscient. Cette connexion les rends absent comme dans une bulle. J’ai mentionné l’enfance qui peut se comparer a l’autisme, l’enfant ne vit pas encore de séparation dans son cerveau le subconscient et le conscient ne sont pas encore à part. De la naissance à sept ans se programme graduellement ce qui deviendra par la suite subconscient, ce que seront les automatismes chez l’adulte. Ce sont nos parents ou tuteurs qui programment nos automatismes et à ce sujet il est fréquents de retrouver des tics ou habitudes de nos éducateurs que l’on reproduit dans nos propres vies . Ceux qui nous côtoient et qui connaissent aussi nos parents peuvent les déceler aisément alors que nous ne le réalisons pas pour la raison que ce sont des automatismes subconscient.

L’étude des peuples primitifs vient ajouter à la connaissance du cerveau en ce que la proximité de ces peuples avec leur corps et avec l’environnement naturel permet de constater le fait qu’ils ont un lien plus direct que les gens civilisés à leur subconscient. Plusieurs faits historiques sont relatés à cette connexion par des explorateurs depuis quelques siècles, où des primitifs ont été observés accomplissant ce qui pour nous sont des prodiges. C’est leur absence d’inhibitions, la foi en leur moyens qui leur permettent de faire des choses qui nous semblent à nous extraordinaires. En ce qui les concerne, le grand esprit de la nature est pour eux une évidence et  un levier très efficace pour accéder a leur subconscient. C’est dans l’Ouvrage de Jean Jacques Rousseau rédigé en 1755, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans la partie de ses notes,  que j’ai trouvé les histoires qui suivent. IL cite un dénommé Kolben qui raconte certains événements sur les Hottentots qui vivaient alors dans la région du Cap en Afrique. Il raconte ce qui suit; ils ont la vue si prompte et la main si certaine que les européens n’en approchent point. À cent pas, ils toucheront d’un coup de pierre une marque de la grandeur d’un demi-sol et ce qu’il y à de plus étonnant c’est qu’au lieu de fixer comme nous les yeux sur le but, ils font des mouvements et des contorsions continuelles. Il semble que leur pierre soit portée par une main invisible. Ces indigènes sont tout aussi  habiles avec des lances que des arcs et des flèches. Vous aurez peut être compris que c’est leur subconscient qui comme un laser aura localisé la cible et que le geste n’avait de ce moment plus besoin de la vue pour viser la cible. L’information ne passe pas du subconscient au conscient mais directement du premier vers le bras.
Une autre histoire, tirée des Observations sur l’Histoire naturelle de M. Gautier raconte ce qui suit: En l’année 1746 un indien de Buenos Aires, ayant été condamné aux galères à Cadix, proposa au gouverneur de racheter sa liberté en exposant sa vie dans une fête publique. Il promit qu’il attaquerait seul le plus furieux des taureau sans autre arme en main qu’une corde, qu’il le terrasserait, qu’il le saisirait avec sa corde par telle partie qu’on indiquerait, qu’il le sellerait, le briderait, le monterait, et combattrait ainsi monté deux autres taureaux des plus furieux qu’on ferait sortir du torillo et qu’il les mettrait tous à mort l’un après l’autre, dans l’instant qu’on le lui commanderait et sans le secours de personne; ce qui lui fut accordé. L’indien tint parole dans tout ce qu’il avait promis; Les détails du combat se trouvent dans le premier tome, in-12, de l’ouvrage en question. Des histoires similaires se retrouvent aussi dans la littérature Taoiste, Lie Tseu et Tchouang Tseu qui sont les plus célèbres vulgarisateurs de cette philosophie après Lao Tseu, racontent de la même manière des anecdotes où des personnes accomplissent des exploits en raison de leur absence d’inhibitions de leur habileté a se connecter au subconscient ou selon leur terme pour le définir, au Tao.   L’origine de cette philosophie précède l’apparition de l’écriture en Orient et c’est par la tradition orale et le symbolisme qu’elle aurait été transmise depuis des temps immémoriaux.Pour ceux qui se demandent s’il existe de nos jours des exemples de gens qui utilisent cette force du subconscient dans leur vie, la réponse est oui et cela est visible tant au niveau des artistes que des sportifs et aussi dans le domaine des sciences.

Un exemple frappant et spectaculaire à souhait est celui qui est surnommé Ultimate archer dont on peut voir la performance dans un video sur youtube.  Il raconte que de son jeune âge il s’est découvert un talent pour tirer avec un arc des flèches et cet habileté est en lien avec son talent pour utiliser le subconscient. Dans plusieurs de ses tirs il est évident qu’il ne prend pas la peine de viser et que de ce fait cela vient corroborer l’histoire sur les Hottentots du Cap qui procèdent de la même manière. Il y a dans la même série, une homme qui tire avec un revolver sans viser et qui atteint sa cible à tout coup. Lorsque je dis que ces gens ne visent pas je fais référence au fait d’utiliser les yeux et une mire pour aligner la cible. Ici il est  question d’identifier la cible car le subconscient voit plus précisément que le conscient et d’ensuite laisser ce subconscient aligner le geste en conséquence. L’art du tir à l’arc chez les japonais, qui est relié à la pratique du Zen est en lien avec cette façons de d’aligner sans viser. C’est le même principe qui est utilisé dans tous les domaines pour atteindre le but que l’on s’est fixé, soit d’identifier le but et ensuite de laisser le subconscient diriger nos actions pour y arriver.  Là où la méthode diffère est dans la programmation de ce but dans notre subconscient, la suggestion demande une répétition durant une période de temps plus ou moins longue pour y être imprimée. Car ces tireurs exceptionnels dont je parle ici, le sont devenus par la pratique et c’est ce long apprentissage qui fait qu’ils sont maintenant capable d’accomplir des prodiges. UN des aspects qu’il faut comprendre de cette méthode c’est que malgré que l’on arrive a ses fins  il n’est pas ensuite évident de s’y maintenir. Si par exemple je réussi l’acquisition d’un voiture de luxe, aurais je ensuite les moyens de l’entretenir ?  Il en est de même d’une position de direction dans la compagnie où je travaille, aurais je les capacités de diriger ?  En ce qui concerne mon désir de vieux satyre de baiser une jeune beauté est ce que j’ai la vitalité et surtout le goût de la satisfaire au rythme de ses besoins ?
 

Mise en garde

Je dois à ce stade avertir les gens que ce pouvoir a de tous temps été accompagné de mise en garde en ce qui concerne ce qui peut  résulter de son usage. La fable de la grenouille voulant être aussi grosse que le boeuf vient souligner que nous ne sommes pas tous capable de gérer ce qui vient avec l’accomplissement de nos désirs et que leurs conséquences peuvent apporter plus de négatif que de positif. Le conseil des sages à cet égard est d’utiliser sans posséder et je ne peux  que me joindre à eux pour le conseiller. Ne pas posséder signifie d’accepter le caractère impermanent de la satisfaction de nos désirs, que le moment où il se réalise devrait suffire à le combler totalement. C’est de vouloir faire durer les choses qui fais que l’on souffre.L’image de la grenouille qui éclate pour s’être gonflée démesurément rappelle que nous sommes individuellement différents en ce qui concerne nos capacités. Le désir qui est d’acquérir des choses, des objets ou une relation avec un beau ou belle personne, vient avec les conséquences qui sont d’avoir à les gérer par la suite. Sommes nous prêt à les assumer est la question qu’il faut se poser avant d’être  pris avec le problème. Disons que je désire une belle et spacieuse maison ou un voiture de luxe, ces objets ont des coûts d’entretiens qui peuvent faire transformer mon rêve en cauchemar. La même chose avec une relation amoureuse avec une beauté, elle peut exiger des conditions qui sont hors de ma portée parce qu’habituée à être admirée et privilégiée. Pour le bel homme c’est le fait d’être continuellement sollicité par d’autres femmes qui peut rendre jalouse et insécure celle qui réussie à le séduire. En ce qui concerne l’argent et le fait d’en avoir beaucoup vient aussi des côtés négatifs, de faux amis, des malfaiteurs qui comme des mouches sont attirés par le miel et j’en passe. Dans mon cas et parce que je vais tenter d’appliquer le conseil de ne pas posséder, je suis prêt à consommer ce qui viendra avec les désirs que je verrai se concrétiser par la méthode que j’explique ici. Puisqu’il  est question d’avoir la foi comme prémisse de base au succès il est clair que celle ci doit aussi s’appliquer à mon attitude face à ce que je reçois, qu’il me faut ne pas m’y accrocher et tenter de retenir quoi que ce soit.  La belle passera dans ma vie comme un rayon de soleil et je vais m’y réchauffer le temps que cela va durer, je ne vais pas m’y accrocher, tenter de la mettre en cage et ainsi serai comblé.

Séparation

J¯ai expliqué que durant notre enfance une séparation s’est graduellement produite entre notre conscient et notre inconscient et qu’en tant qu’adultes nous sommes divisés et en partie conditionnés par des automatismes enfouis dans le subconscient. Le fait de vouloir posséder pour soi des objets ou des personnes, mes choses, ma femme ou mon homme, sont des reflets d’appropriation qui résultent de la division entre le conscient et l’inconscient.  Il est normal de s’assurer d’une base pour la santé et la sécurité de notre intégrité physique et mentale, il est anormal d’accumuler exagérément et au delà de nos besoins. Cette accumulation peut se traduire  un besoin exagéré de posséder  les choses ou personnes qui nous entourent, de les contraindre par une manipulation émotive ou des moyens exagérés. C’est le contraire que la possessivité provoque, les choses où les personnes que l’on tente de retenir sont celles qui nous échappent, elles sont peut être présente matériellement mais absente émotivement. Nous pourrions expliquer que l’exagération de la possessivité vient de la trop grande place que le conscient occupe par rapport au subconscient. En fait et plusieurs sages le soulignent, plus l’on s’assure de retenir quelque chose moins l’on en profite. Toute notre énergie est alors extériorisé au lieu d’être là où elle pourrait profiter pleinement du moment où cette chose peut être expérimentée pleinement. Pendant que je met de l’énergie et de l’attention dans la préservation de l’objet, je n’en profite pas et en plus cette attitude entretient ma dispersion.  Des gens qui ont peu de choses ou de moyens peuvent alors profiter de la vie plus intensément que d’autres qui en ont beaucoup, pour la raison des tracas qui viennent avec les besoins que ces choses exigent.
 

Présence

Ceux qui se demandent comment on peut  devenir plus présent je répond par la pratique d’une méditation qui concentre l’attention et qui de ce fait élimine graduellement la dispersion qui vient avec les nombreuses pensées qui encombrent notre mental. Pour atteindre un but il faut faire ce qu’il faut pour y arriver et dans le cas de la présence il faut faire le ménage dans nos besoins, les réduire à l’essentiel pour avoir moins de soucis. Depuis plus de trois ans je pratique la méditation quotidienne et avec le recul je me rends compte du changement qui s’est opéré en moi. Je ne vis plus d’émotions fortes, il me semble que je maîtrise maintenant assez bien leur expression. Ma diète alimentaire est frugale, elle comprends des aliments de base dont certains reviennent régulièrement. Je mange pour me nourrir je ne me nourris pas pour manger, ce qui est un grosse différence.  Cela veut dire que je ne recherche pas la satisfaction gustative avant tout et cela me permet de ne pas développer de dépendances aux saveurs. Nous oublions pour certains que le but premier de la nourriture est de fournir de l’énergie au corps pas de satisfaire le besoin de sucré ou autres aspects réconfortants. .  Je profite quand même des aliments et de leur saveur mais ce n’est pas une fin en soi. Je peux aussi dire la même chose de mes relations sociales, je ne recherche pas la saveur avant tout, mais la substance. Cela veut dire que les gens que je fréquentent sont ceux qui partagent avec moi des valeurs fondamentales.  Je ne recherche pas les gens qui s’attachent aux choses superficielles, qui ne trouvent de toute manière rien d’intéressant chez moi, sauf peut être espèrent ils, une oreille ou un admirateur. Ils finissent par déchanter lorsqu’ils réalisent que leurs passions sont pour moi sans intérêt, que les choses qu’ils me racontent sur eux et leurs exploits ne suscite pas l’admiration. Plusieurs personnes recherchent chez les autres l’approbation et pour cela croient nécessaire de beurrer épais de ce qu’ils croient être des choses attirantes et recherchés. Dans les faits et cela ils finiront peut être par le réaliser, ils se sont fait arnaquer par des profiteurs., ceux qui ramassent les bénéfices de leurs dépendances.

Pour ces rasions je suis plutôt seul, ne suis pas le premier sur la liste des invités et souvent même pas le dernier, être anti conformiste à un prix et ce coût c’est la solitude. C’est un coût à la mesure des bénéfices qu’elle apporte, le silence et la paix. Ce sont des pré-requis pour atteindre à la connaissance de soi, celle qui permet ensuite de connaître l’univers. Mais à quoi sert cette connaissance, me ferez vous remarquer, si elle ne peut être partagée ?  IL est en effet dans notre nature de rechercher un bénéfice quelconque pour les actions que l’on fais, la connaissance sert en premier lieu à satisfaire sa propre soif de savoir et une fois que cette soif est étanchée, d’offrir aux autres cette eau limpide et claire. Je reviens sur le problème évoqué au début de mon texte, celui qui fait que les gens ne se contentent plus d’eau pure, qu’ils s’attendent à ce qu’elle soit additionnée de toutes sortes de saveurs et autres excitants. Entre mon eau pure et l’autre, ils choisissent habituellement la savoureuse. IL en va de même des connaissances que je propose, qui sont simples,  ne demandent pas d’accessoires onéreux et compliqués. Souvent les gens croient qu’il faut partir loin pour des vacances, ils fuient l’hiver en se rendant dans un pays chaud sur le bord d’une plage où durant quelques semaines ils croient profiter de la vie. Ces gens pourraient pour beaucoup moins d’investissement se permettre une retraite dans le silence pour réellement décrocher et relaxer leurs tensions là où l’autre destination n’y arriveront pas. La raison de ces tensions n’est pas liée à l’endroit où l’on se trouve mais à l’attitude que l’on a par rapport aux événements de notre vie.

Patterns

Nous avons, dans notre subconscient, des patterns ou comportements programmés qui nous font réagir d’une manière prévisible à des situations spécifiques. Les sept premières années de notre vie sont celles où nos parents et ceux qui nous côtoient, influent sur la programmation de notre subconscient de par leurs comportements à notre égard. Les événements que nous vivons à ce moment fondateur est ce qui deviendra par la suite des automatismes dans nos réactions face aux événements qui surviendront par la suite. La pratique introspective vise a révéler nos patterns mentaux subconscients et de chercher à les contourner s’ils nous nuisent. Les méthodes les plus rapides sont aussi et souvent les plus difficiles à mettre en oeuvre, ce qui a été installé avec du temps en demandera pour être enlevé.  Dans la plupart des cas un travail qui vise à accroître la concentration pour cibler précisément la source du comportement, ce travail est un préalable pour ceux qui sont de nature dispersée.

Les réactions réflexes ou automatiques sont visibles pour ceux qui sont en mesure de se regarder réagir, de prendre un recul, de ne pas laisser les émotions submerger leur conscience. Le fait de réagir fortement à un événement est un indice quant à la présence subconsciente d’une blessure émotive. Celui qui ressent une forte émotion peut, au moment où elle surgit, identifier le déclencheur et retracer ainsi sa source . La capacité de prendre du recul vient avec la pratique de la méditation, la technique qui comprend des exercices de concentration par la fixation d’un point défini. Fixer un point permet, avec le temps, de réduire le nombre des pensées divertissantes et d’en arriver à une présence dans l’ici et le maintenant.  La personne qui vit la présence peut prévoir les situations en adoptant une attitude qui agira comme un vaccin face aux virus mentaux, ceux susceptibles d’enflammer ses émotions.

Lorsque je dis qu’il existe des méthodes rapides pour reprogrammer le subconscient et que j’ajoute que ces méthodes sont par contre difficile à mettre en application, je fais référence aux conditions qu’elles impliquent.  Les responsabilités  que l’on à contractés sont des obstacles à l’engagement  que ces méthodes exigent. La pratique de la méditation apportera des résultats si elle est pratiquées sans relâche et durant un certains temps, elles est facilité par le silence et une discipline de vie qui ne comprends pas de surprises ou de changements majeurs dans la diète et l’environnement.  Des conditions extérieures stables permettent au mental de se déposer et au subconscient de se révéler.

De ne pas maîtriser ses émotions est une des causes majeure de l’incapacité a gérer son énergie vitale, d’exagérer nos actions par rapport à la capacité de notre corps de régénérer la réserve d’énergie qu’elles exigent. L’endettement n’est pas qu’une question monétaire, c’est avant tout de dépenser plus d’énergie que ce dont notre organisme dispose. Le problème majeur qui empêche l’homme moderne de réaliser le coût excessif de ses actions vient de son éducation déconnecté des réalités naturelles et des méthodes artificielles qu’il utilise pour en amoindrir les conséquences négatives. Puisqu’il est éduqué dans un mode de vie artificiel et dispendieux à partir de son jeune âge, la prise de conscience de ses abus est retardée par le fait de sa grande vitalité, celle qui vient avec la jeunesse. Si j’utilise un exemple comme la monnaie, celui qui en a beaucoup remarque moins la dépense que celui qui en a peu. Il en est de même de l’énergie vitale , le jeune peut expérimenter la pénurie durant des épisodes extrêmes et prendre conscience de l’importance de se ménager.  La concentration lorsqu’elle est aiguisée par la pratique, permet de déceler des liens entre l’activité physique et ses conséquences sur le corps et plus spécifiquement encore de comprendre comment une action en particulier peut affecter une partie précise  du corps . IL faut inclure dans l’activité physique tout ce qui demande de l’énergie, y inclure les besoins de base et le contexte dans lequel ils sont satisfaits.

État physique et perception

Une étude scientifique récente vient confirmer le fait que la perception de l’environnement et des situations que nous vivons est en relation avec l’état physique de la personne, cette étude mettait en lumière le fait que des gens obèses voyaient les distances plus grandes que des personnes minces. Nous pourrions ici étendre cela aux autres état physique comme la force et la faiblesse par exemple, la personne faible devrait percevoir la puissance de ses adversaires comme plus grande que la personne forte, les gens déprimés versus les personnes heureuse, les premiers percevraient les obstacles de leurs vies comme plus grands que les autres.

Les miséreux sont de ce fait désavantagés dans un sens où ils seraient trop prudents alors que chez les riches c’est le contraire, ils seraient trop sûr d’eux.

Je dis que dans les extrêmes que sont  la misère et la richesse, ceux qui s’y trouvent sont en réalité également désavantagés, les uns par le manque les autres par le trop.

Nous pourrions dire la même chose en ce qui concerne l’aspect physique, la laideur et la beauté peuvent être, tout comme la misère et la richesse, des désavantages.
La facilité de se faire des amis pour le beau cache le fait que ce sont souvent des opportunistes qui veulent profiter du rayonnement de sa beauté pour se faire valoir, la preuve de ce fait est de les voir se retrouver en grand nombre dans les publicités des marchands pour vendre plus facilement leurs produits. Le beau sera aussi plus facilement riche que le laid puisque les portes seront ouvertes pour lui, que des opportunités de monnayer son apparence seront plus nombreuses. Son handicap majeur étant d’être porté a`mettre son énergie sur l’apparence, de négliger son contenu.

Que dire du beau qui devient laid ?

La même chose que le riche qui devient miséreux, il est rarement préparé pour en subir les conséquences. Si du temps que j’étais beau je ne capitalise que sur l’apparence et les amis qui ont été attirés par elle, je risque alors de me retrouver en très mauvaise position lorsque je deviens  laid. Le cercle de ceux que je croyais mes amis se réduit au point où je puis me retrouver seul et sans aucune ressources. Le fort qui devient tout à coup faible, ou le riche qui se retrouve miséreux subissent les mêmes conséquences s’ils n’avaient construit leurs monde que sur ces superficialités.  Il est un aspect dans les extrêmes et qui est présent à tous les niveaux, c’ est pour le côté en apparence positif, le trop, d’être comme la drogue que l’on consomme pour se sentir bien, de demander graduellement des doses plus fortes pour continuer de l’être. Dans le cas du côté négatif, le manque, c’est un trou qui se creuse si profond qu’il en vient à ne plus pouvoir être remplis. La situation des miséreux est que leur besoin de s’en sortir devient compulsif et les exposent à se faire arnaquer. La blessure que le manque provoque  est une plaie qui ne guérie plus lorsque la misère dure.